Les alternatives au fonds en euros

Ces dix dernières années, la baisse du rendement du fonds en euros a été assez marquée. Elle s’est encore accélérée depuis 2015, principalement sous l’influence de la baisse du taux des emprunts d’Etat qui constituent l’essentiel de l’actif général des compagnies d’assurance. Le rendement est ainsi passé de 5,3% pour l’année 2000 à 4,2% en 2005 et une moyenne de 1,8% en 2016. Au titre de 2017, le rendement du fonds en euros est attendu aux environs de 1,5%. Compte tenu de la durée des emprunts d’Etat, sa remontée est peu probable à court terme, alors même que l’inflation a accéléré en 2017 sous l’influence de la politique menée par la Banque centrale Européenne (BCE). Il est même envisageable à un horizon court que l’inflation dépasse le rendement du fonds en euros, celui-ci devenant donc négatif en termes de pouvoir d’achat.

Dans ces conditions, les épargnants doivent à envisager des alternatives à des placements 100% fonds en euros, et à investir une partie de leur épargne sur des unités de compte (UC) ou des fonds en euros alternatifs.

Les unités de compte

Depuis le début des années 1990, les assureurs proposent aux épargnants des contrats « Multisupports » qui, contrairement aux « Monosupports », permettent d’investir sur d’autres supports que le fonds en euros. Ces supports sont appelés « Unités de Compte ».

Les UC peuvent être :

  • Des SICAV ou Fonds Communs de Placement (FCP) ;
  • Des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) ;
  • Des Organismes de Placement Collectif en Immobilier (OPCI) ;
  • Des produits structurés, qui reflètent l’évolution d’un indice financier avec une protection du capital.

Il serait fastidieux de détailler ici les caractéristiques de chacune de ces catégories. Il faut en retenir que :

  • Chaque type d’UC présente un niveau de risque différent, et investit sur des actifs de nature différente : immobilier, obligations, actions,… ;
  • Tous présentent un potentiel de rendement supérieur au fonds en euro ;
  • Chaque investisseur définira, avec l’aide de son conseiller, le niveau de risque qu’il accepte de prendre.

La diversité des UC et la souplesse de l’assurance-vie permettent de déterminer une répartition sur-mesure, en panachant les UC en fonction de l’objectif de gain, de la tolérance au risque et de l’horizon de placement de chaque investisseur. Il revient au conseiller de préconiser régulièrement des arbitrages entre UC, afin d’adapter le contrat de son client à l’environnement économique et financier.

Par exemple, un investisseur prudent pourra affecter 20% de ses capitaux à des UC et conserver 80% de fonds en euros.

Les fonds en euros dits « alternatifs »

Les fonds en euros dynamiques, diversifiés ou à coussin

Contrairement au fonds en euro classique, ce nouveau support ne compte que très peu d’obligations dans son portefeuille. Le reste du fonds est placé dans l’immobilier et sur des actions. Le capital n’est garanti qu’à terme, et non en permanence contrairement au fonds en euros classique.

A titre d’exemple, en 2016, ces fonds ont généré des performances comprises entre 2,65% et 3,10%, alors même que les marchés actions ont enregistré des performances assez faibles.

Les fonds en euros à dominante immobilière

Investis directement ou indirectement dans des commerces, bureaux, ou entrepôts loués, ces fonds bénéficient d’une garantie en capital permanente. L’effet de cliquet, qui sécurise chaque année les gains, est bien réel car les baux qui s’étalent sur plusieurs années permettent de constater à l’avance les rendements futurs.

Pour l’année 2016, le rendement de ces fonds en euros a été légèrement supérieur à 3%. Cependant, leur succès à amené les compagnies d’assurance à contingenter les versements sur ces supports, voire à les interdire.

En février 2017, les compagnies d’assurance publieront les performances de leurs fonds en euros au titre de 2017. Si comme d’habitude elles seront contrastées, il ne fait aucun doute que toutes seront de nouveau en baisse. Nous nous tenons à votre disposition pour étudier avec vous quelles solutions sont à mettre en œuvre pour préserver la rentabilité de votre contrat.